Coffee is the new Black

Les secrets d’un vrai bon café enfin dévoilés

Les secrets d’un vrai bon café enfin dévoilés

Ton arôme, ton odeur…ah café, comme j’aime ta couleur… ! Tu accompagnes chacun de mes instants, des plus intimes aux plus bruyants : que je sois en train de procrastiner joyeusement entre collègues ou essayer de me sortir de mes réveils les plus embrumés, tu ne loupes rien de mes petits secrets…

Il nous paraissait grand temps d’inverser la vapeur : nous avons choisi de décortiquer votre boisson préférée pour en extraire un concentré de conseils qui vous permettront de mieux le déguster. Quelle machine à café acheter ? Comment le doser ? Vers quels grains se tourner… ?  Attention : ce qui suit va vous faire passer maître dans l’art de préparer le meilleur des cafés.
Bref cette fois-ci, c’est lui qui n’aura plus aucun secret pour votre palais.

Le choix (pas si) cornélien de la cafetière

Cafetière à grains, filtre ou dosettes : comment choisir son camp ?

Pour les puristes, la Rolls est sans conteste la machine à café équipée d’un broyeur qui va moudre elle-même les grains. C’est très simple à comprendre : le grain de café est constitué d’une enveloppe naturelle qui préserve ses saveurs. Lorsque le grain est fraîchement moulu, sa saveur est incomparable. Ce sont les machines les plus chères du marché, mais les fins connaisseurs savent que leur jus en vaut la chandelle.

La cafetière filtre classique est plus abordable pour les petits budgets, et on l’aime pour ses petits bruits et ses odeurs rassurantes. En revanche, son café est moins goûtu car les arômes s’échappent rapidement du café déjà moulu.  Et puis attendre patiemment que le café tombe goutte à goutte peut certes revêtir des charmes d’antan, mais il y a des matins où c’est franchement exaspérant.

Les italiens préfèrent le café amer tout droit sorti de leur cafetière à moka nationale, à déguster serré. Plus à l’ouest, les américains préfèrent se balader toute la journée avec un allongé king size qui est le fort de la cafetière à piston. Ces deux machines ont l’avantage d’être plus économiques avec leur mode de fonctionnement manuel. Bémol : qui dit manuel, dit aussi plus de vaisselle !

Pour ceux qui ont du mal à choisir leur camp, la machine à café en dosettes est un bon compromis. La capsule hermétique préserve relativement bien les arômes et vous donne droit à des expresso intenses, rapides et on-demand sans passer par la case nettoyage à chaque fournée. Son principal inconvénient reste le prix car au-delà de l’investissement initial, le café acheté en capsule revient avec le temps beaucoup plus cher qu’en vrac. Et si vous avez une sensibilité écologique, la multiplication des emballages donnera peut-être à son café un goût un peu amer…

Le café est-il OUI ou NON bon pour la santé ?

Le café n’a pas toujours bonne presse et pourtant il est loin de n’avoir que des effets négatifs. C’est une boisson énergisante ancestrale qui stimule la concentration et prévient les petits coups de pompe du quotidien.

Ce que l’on sait moins, c’est que le café agit aussi comme un véritable agent digestif et peut soulager les maux de tête grâce à son action sur les cellules cervicales.

 

Le café est également riche en antioxydants, ces molécules fort sympathiques qui préviennent les maladies cardio-vasculaires, le cancer, le diabète et les effets du vieillissement.

Et autre intox à qui il convient de tordre le cou : le café n’augmente que très modérément la pression artérielle.

Donc pour répondre à la question : OUI, le café est bon pour la santé. Il suffit de le consommer bien sûr avec modération et surtout de boire le café qui correspond le mieux à votre profil santé :

  • Si vous êtes par nature tendu ou énervé, optez pour une machine de type percolateur car la technique de dilution des cafetières filtre augmente la réaction des hormones du stress. Donc pas bon pour vous… ni pour votre entourage !
  • Si votre cholestérol est déjà en surchauffe, sachez que certains cafés sont à éviter. La molécule de cafestol a la fâcheuse tendance à augmenter le mauvais cholestérol. Faites donc l’impasse sur le café très chargé en caféine (comme le café filtre) et préférez plutôt le café soluble, en distributeur automatique ou l’expresso (non vous ne rêvez pas : on vous explique ça plus bas).
  • Si vous êtes enceinte, vous pouvez consommer du café mais il est préférable de ne pas dépasser 2 tasses par jour (l’équivalent de 200 milligrammes de caféine). Donc vous pouvez continuer à savourer votre café au lait du matin et terminer sans scrupule votre déjeuner par votre expresso adoré.

Sinon, pour ne pas vous poser ces questions, vous pouvez jouer la carte de la sérénité : tournez-vous sans compter vers le café décaféiné, à n’importe quel moment de la journée.

  • Expresso VS allongé : qui est le plus costaud ?

Contrairement à la croyance populaire, un petit expresso corsé comporte moins de caféine qu’un café bien alloooongéééééé. Car c’est au contact de l’eau que la graine de café libère sa caféine. Le café allongé contenant une quantité d’eau bien plus importante que l’expresso… vous aurez vite compris pourquoi il est préférable de déguster 3 expressos bien tassés si vous avez un profil santé fragile, plutôt que de siroter 3 mugs de jus de chaussette.

Bien ménager sa mouture.

Pour obtenir un bon café il convient de doser correctement la quantité d’eau et de café. Il faut aussi acheter le type de café adapté à votre machine.
Si vous achetez du café moulu, prenez soin de choisir la taille de mouture* correspondant à votre cafetière. (*La mouture est l’épaisseur du café moulu : grossière, moyenne, filtre, fine ou extra fine).

  • Pour les cafetières à piston : choisir du café moulu de mouture grossière. 1 bonne cuillère à soupe (10 grammes de café) pour 20 cl d’eau.
  • Pour les cafetières expresso avec broyeur à grain : choisir du café…. en grain.Là, pas trop de surprise ou d’erreur possible. La machine moud les grains elle-même et réalise le parfait dosage de l’eau en fonction de vos préférences. La seule chose qui reste à préciser à votre machine : si vous le préférez léger, corsé, court ou allongé.
  • Pour les machines à café filtre : choisir du café moulu de mouture fine. 1 cuillère à café (tant qu’à faire) pour une petite tasse d’expresso (c’est-à-dire pour les matheux 5 à 7 grammes de café moulu pour 7 à 10 cl d’eau).
  • Pour les cafetières italiennes : choisir du café moulu de mouture fine. Il suffit d’utiliser le filtre métallique comme indicateur : remplissez-le jusqu’au repère.
  • Pour une machine à capsules : choisir du café en dosette bien sûr 😉 Fiez-vous à votre machine qui fait le dosage pour vous. Mettez votre dosette, appuyez sur le bouton et savourez !

Bien choisir c’est aussi bien comprendre l’étiquette.

Arabica = léger / Robusta = corsé

Sachez que si vous retenez la distinction entre ces 2 grandes variétés, c’est quasi-gagné :

  • L’Arabica est un grain très doux et parfumé qui a une faible teneur en caféine. C’est le plus plébiscité, car estimé plus raffiné et moins âcre.
  • En revanche, le Robusta (qui est en fait une variété de la Canephora) donne un café beaucoup plus noir et amer mais aussi moins parfumé. Il est néanmoins recommandé si vous avez besoin d’un petit coup de fouet pour vous sortir du lit.

Café bio ou équitable : qu’est-ce que ça veut dire pour moi ?

Soyons clair. Les deux sont un peu plus chers, mais c’est le prix pour consommer mieux :

  • Un café est bio lorsqu’il est issu d’une plantation qui utilise de l’engrais 100% naturel depuis au moins 5 ans. En consommant une graine sainement traitée, vous préservez votre santé et l’environnement.
  • Un café équitable limite les intermédiaires en achetant la matière première directement aux coopératives de producteurs. Vous consommez ainsi un café qui rémunère mieux le travail de ceux qui le produisent.

Les 2 erreurs à éviter pour un bon café.

Réchauffer le café : un crime de lèse-majesté ?

Si Georges Clooney n’est pas dans le coin… pourquoi pas. Promis, on ne lui dira rien.

 

Mais sachez que réchauffer le café est fort dommage car cela atténue son arôme et le rend beaucoup plus amer. Exit le goût subtil et l’odeur délicate ! Mais quand on l’a oublié, qu’on est pressé et qu’il fait bien froid, il faut bien faire un choix : un matin sans café, ou un matin « mal accompagné » …

Quand il est bouillu, il est foutu ?

Eh bien oui.  Hormis le café italien et le café turc qui permettent un café bouilli par l’utilisation d’une mouture extrêmement fine, il ne faut jamais ô grand jamais faire bouillir le café car il développe alors un goût beaucoup trop amer.

Après, du noir très serré au cappuccino, en passant par le crème sucré supplément chantilly, c’est une question de goût… mais surtout d’envies. Le spectre est large, alors ne soyez pas frileux, variez les plaisirs !